Logo MMA Solution

Les put et les call

Imprimer

Qu'il s'agisse d'options du Monep ou de warrants émis par les banques, le principe gain / perte repose sur l'évolution de la valeur d'une option sur l'achat (call) ou sur la vente (put) d'une action (ou indice) à une date fixe et pour un prix établi d'avance.

La valeur de l'option fluctue à la hausse ou à la baisse selon la probabilité d'atteindre l'objectif dans le temps restant avant l'échéance. La décote de l'option entraîne un fort effet de levier à la hausse et à la baisse selon qu'on se rapproche ou qu’on s'éloigne du prix et de l'échéance.

Ces véhicules d'investissement sont utilisés, soit à titre spéculatif pour gagner plus, soit à titre défensif pour se prémunir contre une baisse attendue.

Les 2 stratégies de base

Achat d'un call pour "jouer" la hausse

L'investisseur qui table sur une hausse d'une action ou d'un indice achète un call (option d'achat) qui lui donne le droit d'acheter le support à un prix donné, appelé prix d'exercice, à une échéance fixée et selon une parité donnée (nombre de call pour un support). En attendant l'échéance, le cours du call va évoluer avec celui du support : il va baisser si le support baisse; il va monter si le support monte.

L'investisseur sera gagnant dès que le cours du support aura atteint le prix d'exercice + la prime (coût du call x parité). Le potentiel de gain est, en théorie, illimité. La perte est, en revanche, limitée à la prime payée.

Exemple:

Indice CAC 40 le jour de l'achat du call : 5 592 points

  • Prix d'exercice à l'échéance: 6 000 points
  • Cours du call à l'achat : 0,54 euro
  • Parité pour 1 indice : 500
  • Prime à payer : 500 x 0,54 : 270 euros

Bien sûr le titulaire d'un call n'est pas obligé d'attendre l'échéance pour le vendre. Il a même souvent intérêt à le faire avant. Quant à la liquidité du marché secondaire, elle est assurée par la banque émettrice lorsqu'il s'agit de warrants et par l'investisseur vendeur de call dans le cas des options du Monep ; le vendeur de call s'engage à livrer les titres "à l'échéance" au prix d'exercice ; en attendant la liquidité du call est aléatoire ...

Acheter un put pour "jouer" la baisse

De même, un investisseur qui table sur la baisse d'une action ou d'un indice achète des put (option de vente) à un cours donné selon une parité fixe qui lui donne droit de vendre l'action ou l'indice sous-jacent à un prix donné, appelé prix d'exercice, et à une date d'échéance précise. Entre les deux dates, le cours du put évolue avec celui du support sous-jacent. L'investisseur sera gagnant dès que le cours du sous-jacent aura atteint le prix d'exercice - la prime (cours du put x parité). La perte est en tout cas limitée au coût de l'option.

Exemple:

Indice CAC 40 au jour de l'achat : 5 592 points

  • Prix d'exercice à l'échéance : 5 200 points
  • Prix du put : 0,48 euro
  • Parité pour 1 indice : 500 put
  • Prime à payer: 0,48 x 500 = 240 euros

L’investisseur sera gagnant en-deçà du point mort, si le CAC 40 est égal à: 5 200 - 240 = 4 960 points. Il perdra sa mise, soit 240 euros si le CAC 40 est supérieur ou égal à 5 200 points. Il perdra entre 0 et 240 euros si le CAC 40 est compris entre 5 200 et 4 960 points. Il gagnera, dans l'exemple, pour un CAC 40 à 4 800 points: 4 960 - 4 800 = 160 euros soit 66 % de sa mise de 240 euros, alors qu'il aurait perdu 15 % s'il était resté investi sur le CAC 40.Le point mort est atteint lorsque le CAC 40 est à 6270 points : 6 000 + (0,54 x 500) = 6 270. Au-delà, le titulaire est gagnant. Pour un CAC 40 à 6500 points, le cours du call est de : 1 - 0,54 = 0,46 ajusté à la parité : 0,46 x 500 = 230 euros soit un rendement de 85 % alors que le CAC 40 n'a progressé que de 16 %.

La technique du put est souvent utilisée en ouverture de portefeuille pour se prémunir contre la baisse des cours.

Les 2 stratégies complémentaires

A la différence des warrants qui ont pour contrepartie les banques émettrices, les options du Monep supposent en contrepartie des vendeurs de call et de put. Ces positions sont généralement prises par des investisseurs importants qui s'engagent à livrer ou à payer les titres sous-jacents au prix d'exercice à l'échéance.

Vente d'un call

Dans le cas de la vente d'un call, le vendeur encaisse la prime immédiatement mais il a intérêt à ne pas voir le sous-jacent dépasser le point mort égal à [prix d'exercice + prime perçue] car il s'est engagé à livrer les titres au prix d'exercice.

La vente de call est utilisée en dynamisation de portefeuille, la prime perçue étant un super-dividende dans l'hypothèse d'une baisse ou d'un faible hausse du sous-jacent.

Vente d'un put

Dans le cas de la vente d'un put, le vendeur encaisse la prime immédiatement mais il a intérêt à ne pas voir le sous-jacent baisser au-delà du point mort soit [prix d'exercice – prime] puisqu'il s'est engagé à acheter les titres à l'échéance au prix d'exercice.

Cette stratégie est utilisée pour profiter de la stagnation de la valeur support.

Les supports disponibles

Les grandes banques émettent en permanence un grand nombre de warrants call et put sur une large palette de valeurs et d'indices dont principalement le CAC 40 et ses composantes. Les options du Monep sont moins nombreuses et plus exigeantes en termes de formalité.

La "valeur-temps"

Les exemples cités ci-dessus se situent à l'échéance, moment où la valeur de l'option est directement liée à celle du support sous-jacent. Avant cette date, le prix d'un call ou d'un put diminue avec la durée qui le sépare de l'échéance. Cette diminution n'est pas linéaire car plus on se rapproche de l'échéance, plus la probabilité de réalisation de l'option se vérifie ou non. La valeur-temps décline très fortement dans les derniers mois. Il faut donc être très vigilant quand on mise sur des warrants à moins de 3 mois de leur échéance.

En conclusion...

L'achat d'options nécessite de respecter un certain nombre de règles de prudence :

  • Limiter son exposition en fonction de sa surface financière (maximum 10 % de son portefeuille)
  • Diversifier
  • Ne pas être trop gourmand
  • Suivre régulièrement les marchés
  • Revendre avant l'échéance.
Haut de page